Mise à jour : L’Union Étudiante du Québec : les premiers référendums

Et c’est parti! La Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) n’y est plus. Durant les mois de novembre et de décembre, plusieurs associations étudiantes à travers le Québec consultent leurs membres concernant l’affiliation à la nouvelle association étudiante provinciale, l’Union Étudiante du Québec (UÉQ).

Voici une liste des associations étudiantes qui ont soit déjà consulté leurs membres ou qui leur consulteront sous peu :

  • La Fédération des associations étudiantes du campus de l’Université de Montréal (FAÉCUM) a annoncé par voit de communiqué de presse qu’elle s’est affiliée à l’UÉQ suite au vote de ses membres réunis en congrès spécial le 25 novembre 2015. Selon le journal L’Express, les résultats sont les suivantes : 156 en faveur, 45 contre et 41 abstentions. Elle devient donc le premier membre de la nouvelle association étudiante provinciale.
  • La CADEUL : Les membres de la CADEUL (Université Laval) pourront soit inscrire un X sur un bulletin de vote physique ou voter en ligne lors du référendum (23-30 novembre 2015).
  • Entre les 23 et 27 novembre 2015, l’Association étudiante de l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal (AéESG) a tenu son référendum d’affiliation. Selon sa page Facebook, 867 membres ont voté (747 en faveur, 118 contre et 2 abstentions). AéESG est maintenant membre de l’UÉQ.
  • Un référendum d’affiliation nationale aura lieu à l’École Polytechnique de Montréal (l’Association des étudiants de Polytechnique (AÉP) (1er cycle) et l’Association des étudiants des cycles supérieurs de Polytechnique (AÉCSP) (cycles supérieurs)) entre les 30 novembre et 3 décembre 2015. 
  • Les membres du Regroupement des étudiants de maîtrise, de diplôme et de doctorat de l’Université de Sherbrooke (REMDUS(Cycles supérieurs de l’Université de Sherbrooke) voteront sur la question de l’affiliation nationale du 4 au 11 décembre 2015.
  • Pour sa part, les membres de l’Association générale étudiante de l’Université du Québec en Abitibi-Témiskamingue (l’AGEUQAT) avaient le choix entre l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ) et l’UÉQ. Selon sa page Facebook, avec un taux de participation de 10%, 84 votes en faveur de l’ASSÉ, 241 votes pour l’UÉQ, 21 votes pour aucune des deux associations et 30 abstentions. Un article dans La Frontière cite Marc Corriveau, le président de l’AGEUQAT : «Nous [les membres de l’exécutif de l’AGEUQAT] sommes excessivement fiers et enthousiastes de faire partie de cette association [Union étudiante du Québec] qui a à coeur le consensus, la transparence, la crédibilité, la solidarité et le respect».
  • Le Mouvement des associations générales étudiantes de l’Université du Québec à Chicoutimi (MAGE-UQAC) a donné trois options à ses membres : soit rejoindre l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ), l’Association pour la voix étudiante au Québec (AVEQ) ou l’UÉQ. Selon la page Facebook Mouvement étudiant .info, voici les résultats :
    • Souhaitez-vous que le MAGE-UQAC intègre une association nationale?
      Oui : 274
      Non : 286
      Abstention : 92
    • Dans le cas d’une réponse positive, dans quelle association nationale souhaitez-vous voir le MAGE-UQAC s’affilier?
      UÉQ : 54
      AVEQ : 165
      ASSÉ : 94
      Abstention : 339

 

Le MAGE-UQAC restera donc indépendent pour le moment. Selon la Capsule du MAGE-UQAC du 30 novembre 2015, le prochain référendum sur la question d’affiliation à une association étudiante provinciale aura lieu à l’automne 2016.

Nous nous assurerons de mettre à jour cet article au fur et à mesure que les résultats des référendums futurs seront rendus publics.

MISE À JOUR – samedi 12 décembre 2015

CADEUL (Université Laval)
Les membres de la CADEUL ont voté en faveur de l’indépendance. Par contre, des irrégularités avec le système de vote électronique de l’Université Laval ont été constatées. Durant une séance spéciale, le conseil d’administration de la CADEUL «a pris la décision de ne pas entériner les résultats du vote référendaire.» Le directeur du référendum, Patrick Taillon (professeur à la Faculté de droit) devra rendre son rapport référendaire au conseil d’administration au mois de janvier. 

L’AÉP et l’AÉCSP (École Polytechnique de Montréal)
Les membres de l’Association des étudiants de Polytechnique (AÉP) ont voté en faveur de l’affiliation à l’UÉQ. Selon la page Facebook de l’AÉP, voici
 les résultats :

  • De 780 votes valides (taux de participation 16.18%) : 467 votes pour de l’affiliation (59.9%), 228 votes contre (29.2%) et 85 abstentions (10.9%)

Les membres de l’Association des étudiants des cycles supérieurs de Polytechnique ont voté en faveur de l’affiliation à l’UÉQ. Les résultats sont les suivantes : 

Oui : 158 (69,6%)
Non : 69 (30,4%)
Abstention : 28
Nul : 9
Taux de participation : 11,5%

REMDUS (Université de Sherbrooke)
En ce qui concerne le REMDUS, un courriel aurait été envoyé aux étudiantes et aux étudiants hier après-midi pour annoncer les résultats :

« Acceptez-vous que votre association étudiante de campus, le REMDUS, s’affilie au niveau national à l’Union étudiante du Québec (UEQ) en tant que membre fondateur, moyennant une cotisation de 4,50 $ par étudiante ou étudiant par session et indexée à l’indice des prix à la consommation ? »

Les résultats sont les suivants:
Oui: 583 (57,61 %)
Non: 429 (42,39 %)
Abstention: 136

L’option du OUI est celle qui a récolté le plus de vote. Les résultats du référendum sont réputés valide avec un taux de participation de 15,98 %. Le comité référendaire atteste donc des résultat et autorise la diffusion de ceux-ci.

Résumé : les associations étudiantes suivantes sont maintenant membre de l’UÉQ : la FAÉCUM, l’AéESG, l’AÉP, l’AÉCSP et le REMDUS.

Deux nouvelles associations étudiantes remplaceront la FEUQ

Les nouvelles associations se nommeront l’Union étudiante du Québec (UÉQ) et l’Association pour une Voix Étudiante du Québec (AVEQ)

En avril dernier, le journal Le Devoir a annoncé la mort de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ). L’effondrement de cette dernière est survenu après une vague de désaffiliation qui a déclenché une crise existentielle. La décision a été prise de mettre l’organisation en veille jusqu’à la création d’une nouvelle organisation étudiante provinciale (ou nationale dans le dialecte québécoise).

Ce débat s’est entamé à une réunion le 21-22 mars 2015 à Québec. Le Projet pour le mouvement étudiant (PPME) a été créé comme organisation à l’intérim afin d’encadrer les discussions. Après la deuxième réunion du PPME (18-19 avril 2015), quatre associations étudiantes (Chicoutimi, Rimouski, Trois-Rivière et l’Association des étudiantes et des étudiants de la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université du Québec à Montréal) quittent le processus en raison, entre autres, du désaccord sur le mode de scrutin à choisir (une association, un vote c. double majorité)1. Il semble aussi y avoir, selon certaines associations, une urgence d’agir qui a été imposée sur les associations participantes par le biais d’un «contrat associatif». Selon le procès-verbal du 15 juillet 2015 du conseil d’administration de la REMDUS, 10 associations auraient signé ce contrat et «sont légalement redevables au PPME.» :

  • Fédération étudiante de l’Université de Sherbrooke (FEUS)
  • Confédération des associations d’étudiants et étudiantes de l’Université Laval (CADEUL)
  • Fédération des associations étudiantes du campus de l’Université de Montréal (FAÉCUM)
  • l’Association des Étudiants de Polytechnique (AÉP)
  • l’Association des étudiants des Cycles Supérieurs de Polytechnique (AÉCSP)
  • l’Association étudiante de l’École de technologie supérieure (AÉÉTS)
  • l’Association étudiante de l’École des sciences de la gestion (AÉÉSG) (UQAM)
  • l’Association générale étudiante de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (AGÉ-UQAT)
  • Post-Graduate Students’ Society of McGill University (PGSS)
  • Regroupement des étudiants de maîtrise, de diplôme et de doctorat de l’Université de Sherbrooke (REMDUS)

Selon le journal étudiant Impact Campus, l’organisation résultant de ces délibérations sera nommée l’Union étudiante du Québec (UÉQ) (Quebec Student Union en anglais). Cette dernière aura un mode de scrutin à double majorité et une cotisation de 9.00$/étudiant par année. Son comité exécutif aura 5 membres au départ et s’accroîtra éventuellement à 10 membres.

Les associations étudiantes qui ont quitté le PPME se sont créé un nouveau projet connu sous le nom de «Projet Vision Commune» (la Table des régions existait auparavant). Récemment, cette dernière est devenue l’Association pour la Voix Étudiante au Québec (AVEQ) (Association for the Voice of Education in Quebec en anglais). Le comité exécutif de cette dernière aura six (6) membres et la cotisation initiale sera fixée à 2.50$ par étudiant. L’AVEQ est présentement à la recherche d’un coordonnateur général et d’un coordonnateur des communications. Entres autres, la Student Society of McGill University (SSMU), le Concordia Student Union (CSU), la PGSS et la FEUS ont participé à la formation des deux nouvelles organisations. Par contre, la SSMU, le CSU et la PGSS ont publié un communiqué qui supporte l’AVEQ sans nommer l’organisation explicitement. 

Ces deux nouvelles associations étudiantes provinciales se rejoignent à la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) et à l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ) sur la scène de la politique étudiante québécoise.

1. L’UÉQ utilisera un système à double majorité : une motion devra être approuvée par une majorité des membres (une association, un vote). Si la motion est adoptée lors de ce premier vote, un deuxième vote aura lieu en utilisant le système semi-proportionnel. Ce dernier accordera plus de votes aux plus grandes associations étudiantes.


The new student associations will be called the Quebec Student Union (QSU) and the Association for the Voice of Education in Quebec (AVEQ)

Last April, Le Devoir announced the death of the Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ). The collapse came about following a wave of disaffiliations which triggered an existential crisis. The FEUQ board of directors voted to place the organization in dormancy until a replacement organization was created. 

The debate surrounding the creation of this new student organisation began on March 21 and 22, 2015 in Quebec City. The Project for the Student Movement (PSM) was created as an interim organisation moving forward. Following the second meeting pf the PSM (April 18-19, 2015), four student associations (Chicoutimi, Rimouski, Trois-Rivière and l’Association des étudiantes et des étudiants de la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université du Québec à Montréal) abandoned the process due to, among other reasons, a disagreement on the voting system (one member, one vote vs double majority)1. According to these student associations, a “membership contract” was being imposed upon the participants of the negotiations. Regroupement des étudiants de maîtrise, de diplôme et de doctorat de l’Université de Sherbrooke (REMDUS) board of administration minutes from July 15th, 2015 indicate that 10 student associations signed the contract: 

  • Fédération étudiante de l’Université de Sherbrooke (FEUS)
  • Confédération des associations d’étudiants et étudiantes de l’Université Laval (CADEUL)
  • Fédération des associations étudiantes du campus de l’Université de Montréal (FAÉCUM)
  • l’Association des Étudiants de Polytechnique (AÉP)
  • l’Association des étudiants des Cycles Supérieurs de Polytechnique (AÉCSP)
  • l’Association étudiante de l’École de technologie supérieure (AÉÉTS)
  • l’Association étudiante de l’École des sciences de la gestion (AÉÉSG) (UQAM)
  • l’Association générale étudiante de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (AGÉ-UQAT)
  • Post-Graduate Students’ Society of McGill University (PGSS)
  • Regroupement des étudiants de maîtrise, de diplôme et de doctorat de l’Université de Sherbrooke (REMDUS)

According to the student newspaper The Link, the Quebec Student Union (QSU) (l’Union étudiante du Québec in French) is the name of the new provincial student association resulting from the PSM deliberations. It will employ a double majority voting system and membership fees will amount to $9.00/student per year ($4.50 per semester). The executive committee is currently made up of 5 members but will increase to 10 members in the future.

The student associations that left the PMS came together to form a second project which became known as the “Common Vision Project” (Projet Vision Commune in French) (formerly known as la Table des régions). Recently, its permanent name became the Association for the Voice of Education in Quebec (AVEQ). Its executive committee is made up of six members and its membership fees will be $2.50 per student. AVEQ is currently recruiting a general coordinator and communications coordinator. The Student Society of McGill University (SSMU), the Concordia Student Union (CSU), the PGSS and FEUS are some of the student associations that contributed to both projects. However, a statement of support signed by the SSMU, the CSU and the PGSS indicates that they are in favour of AVEQ’s structure.

These two new provincial student associations join the Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) and l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ) on the student advocacy scene in Quebec

1. The QSU has chosen a double majority voting system: A motion would first have to be approved by a majority of members (one member, one vote). Once approved, a second vote would proceed using a semi-proportional voting system. This system allocates more votes to the larger student associations.

SSMU to hold referendum on continued affiliation with TaCEQ

TaCEQ banniere fb2

According to an article in the McGill Tribune, the Student Society of McGill University (SSMU) is questioning its future within the Table de concertation étudiante du Québec (TaCEQ), which was founded in 2009. This reflection began following a recent referendum held at the Université de Sherbrooke in which members of the Regroupement des étudiantes et des étudiants de maîtrise, de diplôme et de doctorat de l’Université de Sherbrooke (REMDUS), which represents 7000 graduate students, voted to sever ties with the smallest of the four provincial student organizations.

The following council initiated referendum question was approved for the Winter 2014 referendum period during the February 6th SSMU legislative council meeting:

Do you support the disaffiliation of SSMU from the Table de concertation étudiante du Québec (TaCEQ) as of the 2014-15 SSMU & TaCEQ fiscal years (ending May 31st 2014), to come into effect June 1st 2014, with the understanding that a majority “no” vote would mean the continued affiliation of the SSMU with TaCEQ?

The SSMU membership will thus be able to vote on the question of continued membership in the TaCEQ from March 14th to March 21st, 2014.

The McGill Tribune’s editorial board hasn’t shied away from making its opposition to the SSMU’s continued membership in TaCEQ known. Last October, the newspaper investigated whether SSMU’s membership was worth the $17,000 and, in the same issue, published an editorial entitled “TaCEQ a waste of SSMU funds”.

TaCEQ’s future

With TaCEQ’s membership now down to three (the Association des étudiantes et des étudiants de Laval inscrits aux études supérieures [AELIÉS], the Confédération des associations d’étudiants et étudiantes de l’Université Laval [CADEUL] and the SSMU) a fundamental problem arises: Since TaCEQ doesn’t meet the government’s criteria (Reconnaissance du statut national) in order to be an officially recognized provincial student organization, it doesn’t qualify for government bursaries. In order to be recognized as a provincial student organization, the following criteria must be met (rough translation of the policy):

  1. The organization must have been in existence for at least two years;
  2. The organization must have been incorporated in accordance with Part III of the Companies Act (L.R.Q., c. C-38) for at least two years;
  3. The organization must be general in scope, must not be of sectoral, faculty or local nature and must represent a minimum of four educational institutions (as defined in the Act respecting financial assistance for education expenses) [emphasis added];
  4. The organization must represent a minimum of three administrative regions in Quebec [emphasis added];
  5. The organization must regroup a minimum of 20% of the student population that it represents (i.e. the different student populations are those stipulated in the Act respecting the accreditation and financing of students’ associations

The third and fourth criteria have never been met by the Quebec Student Roundtable as it currently has three members (mentioned above) with two members that are located in the same university. So, because the TaCEQ doesn’t qualify for government funds, this places greater financial pressure on the remaining three members who must continue to fund the day-to-day operations of the organization. It also means that the clout it once had, for example, during the 2012 student protests when it was involved in negotiations with the government, is now diminished to the point of quasi-irrelevance.

If the members of the SSMU were to vote to sever ties with the TaCEQ, it’s difficult to see how it could continue to exist as an effective provincial student organization especially because its only two members are from the same university.

Le REMDUS se désaffilie de la TaCEQ

REMDUS - Referendum TaCEQ - janvier 2014

Le Regroupement des étudiantes et des étudiants de maîtrise, de diplôme et de doctorat de l’Université de Sherbrooke (REMDUS) a tenu un référendum portant sur la question de son affiliation au sein de la Table de concertation du Québec (TaCEQ) entre le 21 et le 23 janvier dernier. Les membres ont eu à répondre à la question suivante: « Êtes-vous d’accord à ce que le REMDUS se désaffilie de la TaCEQ ? »

Voici les résultats du vote:

OUI 702 voix (73,2%)
NON 257 voix (26,8%)

Vous pouvez visiter le site web du référendum de la REMDUS

Le taux de participation fut de 16,75% (les règlements de la REMDUS indiquent que le taux de participation doit s’élever à 10% des membres pour être valide). La participation s’est élevée à 959 voix sur 5724 inscriptions.

Depuis la tenue du référendum, selon un article publié dans le journal Le Soleil, l’avenir de la TaCEQ est en péril. Samuel Harris, le vice-président aux affaires externes de l’Association étudiante de l’Université McGill (AÉUM) a discuté de l’avenir la TaCEQ avec le journal étudiant Le Délit. Selon ce dernier, si les membres de la REMDUS décidaient de quitter l’organisation provinciale, il recommanderait un référendum sur l’affiliation de l’AÉUM.

Une assemblée générale extraordinaire s’est tenue le 6 février dernier afin d’entériner les résultats du référendum. Le compte Twitter officiel de la REMDUS a confirmé que l’assemblée a bel et bien ratifié le résultat du référendum et, donc, le REMDUS a officiellement quitté la TaCEQ.